PIECE AND LOVE

Utiliser du métal provenant des restes des mines du Cambodge retrouvées à la fin du régime des Khmers rouges et en faire des bijoux plutôt design et glamour. Osé? Dérangeant? Inacceptable? Admirable? Un peu tout cela. 

Évidemment, derrière ce pari fou se cache une belle cause, celle de «Saught». Ce projet, né du petit grain de folie bienfaiteur d’une poignée de personnes, permet d’aider les Cambodgiens en situation précaire à travailler en fabriquant ces bijoux tandis que les profits sont en partie reversés aux victimes des mines et aux plus défavorisés. 

Il n’empêche. Pas facile d’arborer leurs collections et de raconter l’indicible horreur dont elles proviennent. Expliquer que les boucles d’oreilles sont les vestiges d’un engin explosif. Il fallait croire en l’homme, ou plutôt en la femme, et à sa capacité de prouver que fashion et humanitaire ne sont pas incompatibles. Touchy.

Cependant, et c’est aussi toute la force de Saught, rien dans le discours de cette entreprise à but non lucratif ne se veut oppressant. Véritable différence. Car généralement, légèreté et philanthropie ne font pas bon ménage. La compagne de cette dernière étant plus souvent la culpabilité, elle réveille en nous un malaise récurrent : réaliser que dans nos vies pressées, il y a peu de place pour «ceux qui souffrent». On est encore moins épargné en cette période de fêtes qui arrive bon train, dans laquelle on se retrouve malgré soi pris entre deux feux, partagé entre prise de conscience du malheur des plus démunis, sur fond de «sans austérité, point de salut», et besoin irrépressible de paillettes, de plaisir, et de belles histoires… 

Saught est justement un peu un conte de fées des temps modernes. Le site internet, aux codes plutôt élégants, tranche avec les clichés associés à la charité; on est sensibilisé à leur combat sans verser dans le misérabilisme. Les collections proposent des lignes graphiques ou délicates; on n’achète pas seulement pour la bonne cause mais aussi parce que c’est beau. Au final, Saught ouvre une nouvelle ère : le droit de faire et se faire plaisir, avec ce petit supplément d’âme, la générosité, la vraie. Joyeux Noël !

Stéphanie Norris


Pour en savoir plus : saught.com.sg