FERNET "BRANCARD"

Ces foies gras, oies farcies, terrines, galantines et ballottines… qui nous laissent ballonnés, après nous avoir fait saliver pour les repas de fêtes ! Ces matins avec maux de tête et gueule de bois… Ce n’est pas fini, il va y avoir la galette des rois à partager en toute circonstance. De quoi gerber. Merci le gingembre pour éviter les nausées. 

Heureusement, il existe toujours «la boisson du lendemain» : le très amer tonique Fernet Branca, redoutable apéritif digestif de 40°, inventé en Italie vers 1836 par Bernardino Branca (et probablement élaboré avec un pharmacien du nom de Fernet). La Fratelli Branca Distillerie, fondée à Milan en 1845, est une société familiale qui existe toujours – sanctifiée par l’imaginaire collectif, si l’on en croit le discours des «mammas» rapporté par l’écrivain Cavanna* : «C’est les frères Branca qui l’ont inventé. La Madonna leur est apparue, elle leur a dicté la formule et montré l’endroit, il y a leur signature sur la bouteille…» En France, il existait aussi une distillerie Fernet Branca, près de Mulhouse, qui a fermé en 2008 pour devenir une Fondation d’art contemporain. 

Cette potion magique, que certains trouvent imbuvable, requinquerait un mort. Elle est composée à partir d’une infusion de plus d’une vingtaine de plantes et herbes aromatiques : gentiane, camomille, angélique, aloé vera, myrrhe, menthe, safran, etc. Mais inutile de chercher la composition complète, il n’y a rien sur l’étiquette. Le Fernet Branca, toujours selon Cavanna : «Personne ne peut l’imiter, impossible, parce que c’est fait avec des plantes secrètes […] et si c’est pas un Italien qui les cueille, ça marche pas, ça guérit rien du tout et même ça t’étouffe.» Rassurons-nous, son emblème est un aigle qui porte une mappemonde, symbole indéniable de force surnaturelle : «prolonga la vida» ! 

Cet alcool était naguère vendu exclusivement en pharmacie. On le trouve aujourd’hui chez les marchands de vins. Sans risque pour la consommation : à cause de son goût particulier, il se boit avec modération… Les Argentins malins en ont fait, eux, une boisson nationale mélangée au Coca : le Branca et Cola ! Deux breuvages à la formule toujours mystérieuse pour le prix d’un. On n’arrête pas les lobbies…

Elido

* dans son livre «Les Ritals», (éditions Pierre Belfond, 1978)