ENTRÉE LITTÉRAIRE

Elle rouvre ce jeudi 10 janvier, à 20h35 sur France 5.
Et nous serons, comme chaque semaine, parmi les premiers à attendre devant la porte, impatients fidèles.

«La Grande Librairie» de François Busnel s'inscrit, depuis un certain temps déjà, dans la droite ligne de ses prestigieuses ainées littéraires. Elle est même la digne héritière que l'on attendait d’ «Apostrophes», à la différence près qu'elle n'est pas diffusée sur une chaîne de grande écoute, bien qu'elle passe en première partie de soirée.
Les temps ont changé, les meilleures formules demeurent : lien thématique entre les auteurs invités, animateur qui a vraiment lu les livres, choix d'écrivains qui est, chaque fois, comme un bouquet de mots, de phrases. On a même vu, un soir, Modiano, Jean Echenoz et Pascal Quignard, trois Goncourt, sur un même plateau !  Ça n’a pas de prix.

François Busnel ne fait pas du Pivot pour autant. Il a sa propre façon d'être à l'écoute, de réagir, de bondir, rebondir, d’aller de l'un à l'autre, de plonger dans ses marque-pages, et de repartir à l'attaque. Sans jamais se départir de ce zeste de sourire qui semble se réjouir d’avance de la question suivante… 

«La Grande Librairie» n'est pas assez grande. Chacun des quatre écrivains a droit à un quart d'heure, ce qui fait une heure et des poussières au total. Pivot avait davantage, une heure et demi facile.

Nous apostrophons donc la direction de France 5 : augmentez Busnel !

M.A.