FUTUR ANTÉRIEUR

C'est exactement ce qu'il nous faut pour assoupir le stress de la journée. Trois minutes paléolithiques comme on prend trois gouttes d'un truc homéopathique. Pour ne plus avoir peur du lendemain. À 20h45 sur Arte.

Dès le titre de ce dessin animé adapté de la fameuse BD, ça va déjà mieux. «Silex and the city». Bien trouvé. 

L’action se déroule 40 000 ans avant Jésus-Christ. On se retrouve dans un village, en quelque sorte, de ce temps-là. Mais un temps qui, étrangement, a déjà des problèmes de XXIe siècle. Et un ado qui ressemble aux nôtres, côté cheveux et langage. Il s’appelle Web…

Le feu, seule source d'énergie, est accusé de réchauffer la planète. La chasse pose des problèmes de formation professionnelle. Et la naissance de la roue est saluée comme le début d'une révolution technologique. C'est désopilant et, surtout, ça détend l'esprit, notre esprit si tourmenté par les incertitudes de l'avenir.

«Silex» est comme une leçon de choses sur l'évolution de l'espèce, de la société, du monde. Sur l'irréversible mouvement du progrès. Sur le progrès comme une évidence…

Ce clip quotidien, à la ligne claire, a l'art et la manière de taquiner nos petites résistances, nos petits conservatismes, liés au changement en général. 

C'est un «retour vers le futur» qui nous dit que nous sommes dans notre propre préhistoire et que ça a toujours été mieux avant. Avant que ça ne devienne bien, enfin…

M.A.