GRANDE SAUTERIE !

Envie d’une soirée «participative» ? Parfait ! Ce samedi 2 février, nous fêtons la Chandeleur avec ses fameuses crêpes. Un moment où tout le monde veut mettre la main à la pâte pour le plus grand bonheur de la cuisine, des plaques chauffantes, des mains collantes et des chaises tournantes ! Entre autres… 

Ça commence avec la recette. Rien de plus simple ? C’est sans compter cette histoire de «puits» qu’il faut creuser dans la farine pour y plonger les œufs entiers et battre le tout en intégrant le lait. Versé trop vite, il éclabousse partout tandis que la farine s’envole gaiement… Versé trop lentement, il est une belle invitation aux grumeaux. 

Côté cuisson, une autre aventure commence. La première crêpe est toujours un moment d’anthologie. Complètement accrochée à son roc, entendez la poêle, elle finit par ressembler… à rien et du coup dans la poubelle! Il faudra quelques tentatives pour trouver la bonne chaleur et le bon dosage qui éviteront l’effet blinis ou fine dentelle pleine de trous !

C’est alors un joyeux bordel qui commence. Chacun y va de son envie culinaire personnelle et le préposé à la tambouille se démène comme un fou pour honorer toutes les commandes. Personne ne mange en même temps, il y a toujours une place vide, celle du cuisinier. Certains persistent avec le salé quand d’autres ont entamé les sucrées. Ça colle de partout entre le fromage fondu, le sucre, la confiture… Bref.

Mais quel moment ! Celui où tout est permis. Les enfants qu’on autorise aux fourneaux, la tradition qui veut que l’on fasse sauter la crêpe en tenant une pièce d’or dans la main gauche et qui promet prospérité toute l’année si elle retombe correctement dans la poêle, la réalité qui fait que la crêpe frôle le plafond (du moins, on essaie !) pour atterrir sur le sol (et ça, on y arrive sans le vouloir !), les gages réservés aux malchanceux, les va et vient incessants autour de la table, les aliments «garniture» bien gras et bien gourmands qui sont les seuls possibles pour cette occasion, l’excitation, les rires… Pas d’enfant ? Peu importe ! Le 2 février, soyez le dans l’âme !

M.V.