CODE D'HUMEUR

Enfin la preuve est faite qu'il est faux d'affirmer que les gens heureux n'ont pas d'histoire.

On vient d'apprendre l'existence d'une chinoise âgée de 127 ans ! Née en 1885, elle vit toujours dans cette vallée de Barna, au sud de la Chine, qui compte d'ailleurs une centaine de centenaires…
Lorsqu'on lui demande le secret de cette incroyable longévité, elle répond sans hésiter, vive et ravie : «La bonne humeur». Donc toutes ces années à être gaie et souriante malgré la perte, entre-temps, de ses cinq enfants et la maladie de son troisième arrière-petit-fils… Il est vrai que le philosophe Spinoza disait : «Si vous voulez que la vie vous sourie, apportez-lui d'abord votre bonne humeur.»

La bonne humeur ? Notre poète en prose Christian Bobin, qui vient de publier «L’homme-joie» l’appelle aussi «l'humeur bonne». Et la répertorie comme ingrédient essentiel de l'antidote contre tout ce qui empoisonne notre quotidien. Dans son élan, il donne quelques exemples très simples de ces moments où il suffit d'un rien – un visage, une parole entendue, une phrase dans un livre, «une marguerite dans un pré» – pour que l'on respire mieux.

Mièvrerie ? Les détracteurs pourront toujours dire que «le bonheur écrit blanc» sur le papier, un blanc sur blanc qui le rend illisible, donc insaisissable.
Et sur fond noir ? Comme la neige sur le trottoir qui redonne joie et sourire à nos visages fermés de tous les jours, ne serait-ce que quelques minutes furtives? Minutes furtives qui, soit dit en passant, finissent par compter : 127 ans.

Maurice Achard