ÉCLATS DE VERRE

On l’associe spontanément à des couleurs vives, un côté désuet et kitsch et une fabrication un rien archaïque… Mais aussi à la magie de Venise et ses mystères, à une dextérité sans pareil de ses artisans… Le verre de Murano, c’est un peu tout cela. Mais pas la moitié de ce qu’il est réellement : un art unique en son genre qui a su évoluer et traverser tous les âges. Un art qui a une Histoire pas comme les autres, faite d’imbrications culturelles, de secrets, de rivalités et même de menaces de peine de mort ! Sept siècles où il s’est plié à toutes sortes d’objets, de la simple carafe à la sculpture ultra contemporaine. Dommage donc de s’arrêter trop souvent sur la vision de l’overdose d’objets touristiques clinquants qui envahissent les ruelles des plus grandes villes d’Italie…

Car c’est aussi la passion d’hommes qui utilisent les mêmes méthodes traditionnelles que celles de leurs ancêtres, une performance aujourd’hui quand on connaît la difficulté de conserver des modes de production où le temps et les mains sont les instruments clés. C’est la transmission d’un savoir-faire longtemps gardé par les maîtres verriers. Ce sont des partages avec d’autres métiers artisanaux et la perfection de certaines techniques au seul service de l’esthétisme. C’est la singularité de ce verre soufflé ou filé aux couleurs que nul autre égale, aux nervures si particulières, aux ornements et effets de transparence presque irréels, aux détails d’une précision quasi spectaculaire. 

Aujourd’hui artistes et designers de tous pays viennent à Murano travailler dans des ateliers considérés comme faisant partie des plus anciennes sociétés au monde. Créer du moderne avec de la tradition, cela donne forcément à chaque objet façonné un petit supplément d’âme et d’histoire… Cela donne également des œuvres délirantes, totalement inattendues, voire avant-gardistes. Une petite claque ?

Le plus étrange ? Le verre de Murano reste un domaine qui, malgré nos regards moqueurs, saturés ou distraits, continue à nous fasciner. Ne serait-ce, l’air de rien, qu’au détour d’une petite figurine qui reprend si merveilleusement le monde en miniature. Entre émerveillement, retour en enfance ou curiosité, le voyage va au-delà de Venise.

Stéphanie Norris


• Envie de regarder tout ça autrement ? Rendez-vous au musée Maillol avec l’exposition «Fragile. Murano» dès le 27 mars. Plus de deux cents pièces, issues de collections publiques ou jalousement conservées dans des collections privées, y sont réunies.