LIVRE DE TABLETTE

À chaque Salon du Livre*, ces conversations autour de la crise de l’édition. Et de plus en plus, ces conversations autour du grand méchant «Numérique» qui va finir par manger les livres en papier. Et si, au lieu d’en parler, on écrivait à ce sujet ? Si on écrivait un livre justement? 

C’est ce qu’a fait Paul Fournel avec «La Liseuse», son roman paru en janvier 2012. Une merveille, même si sa mise en rayon a été anormalement discrète. La liseuse en question est une tablette. Un Ipad pour être très précis. Robert Dubois, personnage principal, est un éditeur de l’ancienne école qui le reçoit des mains d’une stagiaire envoyée par le grand patron : «Il m’a dit qu’il avait mis tous vos manuscrits dedans pour le week-end et que ça ferait moins lourd». L’argument fait sourire. Et marque le premier point d’opposition entre ces deux mondes qui semblent tellement se déchirer : le traditionnel et le virtuel. On se dit alors que l’on est parti pour un énième débat ou une énième nostalgie… Que le livre va sentir un peu la poussière. C’est là qu’on se prend une jolie leçon. De préjugés mais plus particulièrement de modernité. 

Car ce vieux Robert Dubois est à la fois blasé et curieux. S’il nous plonge dans les habitudes, les quartiers, les restaurants, les difficultés, les lassitudes de l’édition classique, il nous entraîne également vers des horizons plutôt malins que pourraient apporter ces tablettes et autres smartphones à la lecture. Une direction totalement inattendue qui donne au roman une énergie peu commune.

Certains y ont vu une fin. Fin d’un homme, d’une période. Nous y avons lu au contraire un début. Nous avons lu un homme, qui s’éteignait, reprendre goût à ce qu’il aimait. À sa façon. Nous y avons lu la réconciliation, peut-être, de ces deux mondes. Nous y avons presque lu une sorte d’issue pour le livre papier. Ce que nous avons lu d’autre ? À notre grande surprise, un poème. Mais il faut arriver après la dernière page pour comprendre pourquoi. Et se dire que «La Liseuse» de Paul Fournel est définitivement le plus beau tour de force et pied de nez littéraire de ces derniers temps.

Marie Veyrier


• Acheter «La Liseuse» de Paul Fournel sur Amazon ou la Fnac
* 33ème Salon du Livre : du 22 au 25 mars 2013, Porte de Versailles