SI JE MENS, LA VÉRITÉ !

Les intermittents du spectacle font actuellement circuler sur le Web une vidéo où l'un des responsables de leur coordination revisionne un reportage diffusé dans «C dans l'air» du 29 janvier, qui était consacré à leur régime social. Chaque fois qu'une contrevérité est, selon lui, énoncée, il arrête l'image et rectifie. Cela s’appelle «Ripostes», dure un quart d'heure et est assez troublant. Surtout si l'on nourrit à l’égard de ces professionnels du spectacle et leurs éternels problèmes des idées toutes faites. Même Yves Calvi, le remarquable animateur de cette émission sur France 5, se voit repris sur un chiffre…

Aux États-Unis, le «Washington Post» est en train de mettre au point sur son site internet un système qui sanctionnera en direct tout homme politique venant de mentir. Plus précisément, un «FAUX» en lettres rouges apparaîtra aussitôt sur l'écran, grâce à une application reliée à un stock d'archives de faits établis.

Sale temps pour le mensonge à la télévision ?
Après s'être tout permis, se retrouverait-il dans le collimateur des nouveaux écrans ? Bientôt épinglé dans ses moindres langues de bois, renoncements post électoraux ou affaires douteuses… La guerre au mensonge ne serait-elle donc plus une angélique utopie ? Sport, santé, alimentation, religion… Une sorte de résistance serait-elle prête à s'organiser ? A coups de sérums de vérité infligés à hautes doses, tel un remède de cheval. 
À condition que ce soit bien du cheval…

M.A.