TALK-SHOW OR NOT ?

Depuis que «Ce soir ou jamais» est passé de France 3 à France 2, en remplacement de «Vous trouvez ça normal ?», son animateur Frédéric Taddei tranche un peu plus avec les soirées agitées des Ardisson ou Ruquier. Il agace ceux qui lui trouvent un air prétentieux. Et Cyril Hanouna, sur D8, s’est empressé de souligner sa moins bonne audience que l’ex-émission de Bruce Toussaint.

La direction de France 2 a voulu rendre ce créneau horaire du vendredi soir, 22h30-minuit, culturellement plus posé, plus réfléchi. C'est-à-dire moins superficiel, moins confus, moins haché que «Vous trouvez ça normal ?», talk-show où même Philippe Tesson, redoutable débatteur, n'arrivait pas à en placer une…
«Ce soir ou jamais» n'est pas un talk-show. Tout est là, en fait. On y parle et ça suffit parce qu'on y parle vraiment. Ici, pas de noms forcément célèbres mais des personnalités qui en connaissent un rayon et auxquelles on laisse finir leurs phrases. Encore que…

Il suffit d'un Daniel Cohn-Bendit sur le plateau pour qu'un certain désordre règne aussitôt et que les répliques se chevauchent dans un inévitable brouhaha. Même le philosophe Alain Finkielkraut, qui ne cessait d’être interrompu, a perdu patience et a lancé à son encontre : «Ce n'est pas possible ! Il ne peut pas s'en empêcher ! Il se croit encore dans une AG… Mais c'est fini Mai-68 ! La ferme !» Il est vrai que nous étions le vendredi 22 mars 2013, quarante-cinquième anniversaire de la création du «Mouvement du 22 mars» d’où ont surgi les fameux événements.

Taddei n'avait pas manqué de le rappeler mais avait oublié que, depuis quarante-cinq ans, Cohn-Bendit est un talk-show à lui tout seul…

M.A.