CONSIGNÉS !

Confortablement enfoncé dans votre canapé, vous avez les papilles qui s’agitent en regardant une pub pour la dernière mousse au chocolat de chez Yopla. Elle a l’air onctueuse, la consistance parfaite, et vous enviez la charmante ménagère qui la goûte avec volupté dans votre écran de télévision, vous promettant que vous l’achèterez dès demain à la supérette du coin. Jusqu’à ce qu’un slogan menaçant écrit en grand vous extirpe de votre bien-être : «Dans votre intérêt, ne mangez ni trop sucré, ni trop gras».

C’est vrai ça ! Comment avons-nous pu oublier cet avertissement qui, comme tant d’autres, martèle désormais chacun de nos actes ? N’empêche que vous soupirez de lassitude en sachant que demain vous irez directement au rayon «light» vous acheter les yaourts à 0%, au goût de plâtre et au parfum insipide. Mais au fait, l’aspartam ou l’absence totale de matière grasse, c’est pas non plus mauvais ça ? La radio ne vous épargnera pas davantage, vous culpabilisant en boucle, à raison de moult messages infantilisants vous rappelant que pour votre chère santé, dont vous ne prenez décidément pas suffisamment soin, il vous faut «pratiquer une activité physique et régulière.» 

On se demande aussi à quel moment nous sommes devenus les enfants de nos enfants. Car ces chers chérubins, conditionnés depuis leur naissance par tous ces spots et par des enseignants trop zélés, ne manquent pas de vous réprimander s’ils vous surprennent dans la cave en train de fumer (c’était pourtant le dernier endroit que vous pensiez sûr pour vous en griller une). Vous capitulez une fois qu’ils vous ont fourré sous le nez leur dernier exposé sur les méfaits du tabac où ils ont eu 18/20, respect. 

Du coup, c’est avec anxiété que vous attendez les résultats de celui sur les bienfaits des fruits et des légumes. Car vous vous doutez bien que ces petits chenapans ne manqueront pas de vous faire remarquer lourdement qu'à cause de vous, ils sont bien en dessous du quota des cinq par jour, mission que vous avez toujours considérée impossible à remplir! Vous pensez donc déjà au futur livre de recettes qu’il va vous falloir trouver pour répondre à la chair de votre chair. Tout en cherchant un exil mental pour protéger votre libre arbitre. Au grenier ?

S.N.