VIVE LE LUXE !

«Le luxe, c’est superficiel, c’est pour les riches et c’est bling bling»... Une image qui lui colle à la peau. Surtout en période de crise. Surtout quand on le rattache à des groupes comme Kering (ex PPR), l’Oréal et les affaires Bettencourt ou pire, LVMH dont le président est un grand méchant qui veut s’exiler avec son argent. Et à part les raccourcis rapides ? Petit tour d’un monde qui n’est pas parfait mais aspire à offrir du beau.

Rappelons déjà que le luxe est une économie qui rapporte des dizaines de millions d’euros grâce, entre autres, aux impôts ou la TVA qu’il verse à l’état. Une somme répartie pour chacun d’entre nous, que ce soit sous forme de Sécu, de chômage…  Non, tout n’est pas que délocalisation ou défiscalisation. Reconnaissons-le une fois pour toute.

Le luxe, c’est la préservation d’un certain artisanat. Parce qu’il y a beaucoup d’argent, il y a les moyens de «faire à l’ancienne». Quand la main de l’homme ou la femme est toujours plus précieuse que n’importe quelle machine. Des métiers qui auraient pu disparaître mais qui sont toujours là, perpétués par des gens passionnés et respectés. Nous avons eu l’occasion de visiter plusieurs sites, notamment pour Louis Vuitton. Nous avons rencontré de nombreux employés à des postes très différents, heureux de montrer leurs gestes, d’en parler et travaillant dans des conditions sans cesse améliorées. Des jeunes, des vieux, des handicapés. Toutes cultures confondues. Car le seul maître mot pour être admis dans ce cercle est «consciencieux».

Le luxe, ce sont des noms comme Dior, Yves Saint Laurent, Chanel, dont on est fiers car ils véhiculent une audace créative et un art français enviés partout dans le monde. Et, chauvins que nous sommes, nous aimons ça.

Enfin le luxe, c’est du rêve. Parce que c’est admirable, la plupart du temps. C’est de l’extravagance qui permet de dépasser ce que nous pouvions imaginer tant en terme d’images qu’en terme de technologie, qu’elle soit horlogère, automobile, textile… Le luxe pourrait même être ce qui, en ces temps difficiles, nous permet de ne pas succomber à la morosité ou au désespoir mais de s’offrir une petite fenêtre vers un monde qui, même s’il reste la plupart du temps inaccessible, prouve que l’incroyable peut toujours arriver.

Virginie Achard

• Envie de voir tout ça par vous-même ? Le luxe ouvre souvent ses portes. Prochain événement avec LVHM pour ses «Journées Particulières» les 15 et 16 juin prochain : www.lesjourneesparticulieres.fr