CONCERT À DISTANCE

Ils sont tous là en juin : Rihanna récemment, puis Depeche Mode, Muse, Indochine, Springsteen… Quel pied ! Mais ils sont tous au même endroit : le Stade de France. Forcément : 80 000 fans environ en un seul soir si c’est à guichets fermés, ce n’est pas rien. Sauf si vous en faites partie… Car si le Stade de France est un bijou architectural pour les événements sportifs, il est un alien pour les concerts.

Étrangement, le problème n’est pas tellement au niveau de l’acoustique. Non, son principal défaut est évidemment sa taille. Dès qu’un être humain s’avance sur la scène, on se dit qu’on va avoir un problème. À moins d’être dans les gradins H1, H2, G8, S7, S8 et S12 ou sur la pelouse au bord du stage, on ne voit rien. Pour info, le Stade compte environ 130 gradins numérotés pour les concerts. Pas tous pareils et pas tous au même prix, heureusement. Mais la catégorie «à visibilité réduite», définie ainsi sur le site internet, coûte jusqu’à 66€ pour voir Springsteen le 29 juin prochain. 66€ pour voir le Boss «plus petit que l’ongle de mon petit doigt de pied» pour reprendre l’expression d’un spectateur présent au dernier concert de Madonna. Bien sûr, le stade est équipé de deux écrans géants de 196m2 chacun. Mais être sur place pour finir tributaire des cameramen, c’est la limite des progrès techniques ou de la logique. Au choix.

Y aller pour l’ambiance alors ? Encore faut-il qu’elle y soit. Tous les artistes ne sont pas capables de chauffer le stade. On notera cependant les performances des Rolling Stones, des Cold Play, de Prince… Prince qui a dû s’interrompre malgré lui, après presque 3h, pour des raisons de législation et… d’évacuation. Quand métros et RER sont quasi les seuls moyens de quitter la Plaine-Saint-Denis, forcément, cela crée quelques obligations et crispations. 

Alors pourquoi le Stade ? Parce que «faire le Stade», c’est énorme pour l’ego. Une consécration. Une reconnaissance. Comme un aboutissement personnel. Nous qui pensions qu’un concert, c’était d’abord pour offrir des moments de complicité... Dites-nous, chères idoles, vous l’avez prévu où l’after ? À Bercy ? Malgré ses 16 065 places, on prend !

Bianca Alberti