UNE OUVERTURE ? PAS EMBALLÉ !

7h du mat, il est temps de se lever. Une bonne douche pour démarrer la journée. Et pour bien commencer, pourquoi ne pas essayer ce gel douche aux senteurs revigorantes, offert en échantillon? Aïe ! Il aurait juste fallu y penser avant. Avec les mains mouillées, impossible de l’ouvrir. Pas de petite entaille prévue pour faciliter la manœuvre. Tant pis, on y va avec les dents. Re-aïe ! Cette fois à cause d’une légère coupure sur la gencive. Pas de bol…

Un bol de café alors ? Ou plutôt une tasse préparée avec ces capsules qu’on vient de découvrir au supermarché. Joli emballage noir qu’on essaie de déchirer mais la matière est tenace. Grand moment de perplexité. On finit par découvrir la petite flèche «Open». Mais on est suffisamment énervé par cette perte de temps. La caféine, ce sera après le déjeuner.

D’ailleurs au menu ? Sandwich en barquette et salade maison dans son tupperware. «Ouverture facile» nous vante l’emballage du sandwich. Il suffit de tirer le coin de l’opercule. Mais le coin reste dans les mains et l’opercule bien collé «à son socle». On se rabat sur la salade. Mais pourquoi le couvercle est-il si difficile à retirer ? Foutu système pour assurer la conservation… On y va de toutes ses forces. Le récipient nous échappe des mains. Le sol peut se nourrir.

Pas question de rester sur ces mauvaises ondes, on improvise un apéro. On se réjouit d’avance des petits toasts au foie gras. On sort le bocal avec sa languette rouge à tirer pour débloquer le système. La vache ! Ils ne pourraient pas la faire plus petite tant qu’ils y sont ? Bon, on laissera faire les potes. D’ailleurs ils arrivent. Si on mettait le dernier CD acheté en fond sonore ? Toujours sous film plastique, on sait qu’on va mettre 3h pour le retirer. «Attends, laisse-moi faire !» : chacun y va de sa technique… Bon, on tchine ? Attendez, je vais d’abord m’en griller une pour me calmer. Bizarrement, le paquet de clopes reste toujours très simple à ouvrir…

M.V.