LE PRESENT A TRAVERS LES ÂGES

Internet détrône la télévision chez les 13-19 ans. Ce n'est peut-être pas une surprise mais c'est officiel. Annoncé par la télévision elle-même, comme l'autre soir au 20h de France 2. Entre ordinateur, tablette et téléphone portable, entre musique, vidéos et émissions à la carte, ils se composent leur programme eux-mêmes.
Au même moment, Cyril Hanouna, animateur chouchou de ces 13-19 ans, rempilait sur D8 tout en arrivant sur Europe 1 avec, parmi ses chroniqueurs, Pierre Bellemare, un ancêtre de la radio-télévision française qui fut, il y a plus d’un demi-siècle, un immense producteur-animateur de jeux  et autres rendez-vous de divertissement.
Au même moment, Antoine de Caunes revenait sur Canal+ non sans faire allusion, le soir de son premier «Grand Journal» à son ancienneté, à ses débuts, «quand il n'y avait ni portable ni Internet…». En fait, il avait été le pionnier d'une nouvelle façon, très speed, de parler à la télévision, sorte de haut débit oral… Avant d'être le point d'orgue d'un «Nulle part ailleurs» complètement décalé.

Deux anciens avant-gardistes pour du renouveau Tout cela ne constitue-t-il pas une représentation du temps qui file droit vers le futur mais sans cracher dans les bonnes soupes refroidies du passé, qui fonce mais sans perdre en route les marques, les traces essentielles.
On pensait que le temps passait son temps à se passer du passé. Il n'est pas si ingrat, finalement.

M.A.