BOÎTE À HORREURS

Ce n’est finalement peut-être pas une mauvaise chose que la tournée du facteur se fasse plus tard le matin. Cela permet de rester de bonne humeur pour la journée. Il faut se rendre à l’évidence : regarder son courrier est devenu un moment fort peu sympathique!

Cela pourrait même s’appeler «l’angoisse de la boîte aux lettres». Exit les nouvelles des amis, les surprises, tel un oncle Sam caché quelque part… (certes, ce n’est pas monnaie courante, mais on pouvait l’espérer). Désormais, le courrier n’est que factures, correspondances administratives annonçant une contrariété, publicités, magazines-promos qui prennent toute la place dans la poubelle… C’est parfois d’ailleurs une telle invasion qu’il faut s’y prendre à deux fois pour s’assurer qu’aucune lettre importante ne s’est glissée entre deux catalogues avant de tout jeter. Et puis, il y a ce fameux plastique bleu presque noir… Reconnaissable entre tous… Que l’on ne peut saisir sans frémir en se demandant inévitablement si les impôts ne nous réservent pas une tuile… Jamais sereins en septembre. Mais pas non plus en mai pour la déclaration, ni en décembre pour les impôts locaux… Bien rythmée l’affaire ! 

Enfin, il y a aussi, parfois, le courrier du voisin qui s’est glissé par erreur chez nous. Bien sûr, confiant, on a ouvert la lettre et parcouru un peu le contenu avant de s‘apercevoir que la commande de régime hyper-protéiné ne nous concerne pas. Commence l’opération délicate de remettre la lettre à son bon destinataire… En mains propres en expliquant l’histoire face à un regard dubitatif et noir ? En glissant sans autre explication l’enveloppe ouverte dans la bonne boîte, créant ainsi une paranoïa générale dans un immeuble ou un quartier résidentiel ?

Face à ces désagréments, reste alors la résistance… Boycotter le courrier le vendredi soir par exemple. C’est toujours le week-end de sauvé en cas de «bombe» et l’impossibilité d’agir avant le lundi matin. Ou écrire aux amis en espérant qu’ils feront de même ! Il paraît que l’été dernier, pas moins de 300 millions de cartes postales ont été envoyées… Tout n’est peut-être pas foutu !

Bianca Alberti