MANGER SON PAIN NOIR

Agacé par cette image du Français béret sur la tête et baguette sous le bras qui nous colle à la peau à l’étranger ? Que l’on se rassure, cela ne devrait plus durer très longtemps. Car nous travaillons dur pour «bousiller» ce qui fait l’une de nos fiertés gastronomiques. 

L’affaire a défrayé les chroniques cet été. C’est le Wall Street Journal qui a mis le feu aux poudres. Nous serions en train de perdre la main en ce qui concerne la baguette. Et la faute en reviendrait aux consommateurs de plus en plus friands de pain «pas trop cuit». Les pauvres boulangers seraient donc obligés d’interrompre la cuisson pour nous satisfaire, sacrifiant ainsi le croustillant de la croute et «l’aéré» de la mie, marques indéfectibles de notre symbole culinaire. 

Mauvais clients que nous sommes! Montrons nos doigts pour nous faire battre. Oublions l’éclosion de la baguette dite de «tradition», dont la fabrication exige aussi bien certains ingrédients qu’une cuisson croustillante, et qui représente aujourd’hui un quart de la consommation ! Surtout, mettons une croix sur notre propre tristesse. Car parallèlement, les Français sont de plus en plus nombreux à constater qu’ils ont du mal à trouver «une bonne boulangerie». Pas seulement celle capable de faire une bonne baguette mais aussi celle capable de faire… un bon croissant ! Tout simplement. Nous devrions même avoir honte de ce que l’on trouve de plus en plus souvent derrière les vitrines : aussi gras qu’insipide, souvent écœurant.

Les enseignes qui excellent aussi bien pour leurs pains que pour leurs viennoiseries ne courent plus les rues. Il faut faire un choix. À ce rythme, on devra même bientôt avoir une adresse pour chaque spécialité : une pour la baguette, une autre pour le croissant, une autre pour la brioche… Exagéré ? Même le dernier Mondial du pain, qui s’est déroulé fin septembre, en est un déplorable aveu. Si la France est arrivée tout en haut du podium, c’est pour les catégories «sandwichs» et «pièces artistiques». Pour ce qui était des deux premières, à savoir «Pains du monde» et «Viennoiseries», la France a déçu le jury et obtenu, selon un reportage sur M6, des notes parfois aussi moyennes que le dernier du classement final. Pas vraiment de quoi faire le coq. 

Bianca Alberti