BOUTONS DE SÉDUCTION

«Déshabillez-moi… Mais pas trop vite…». Quelle belle invitation ! Rien n’est plus sensuel qu’un corps qui se dévoile doucement. Sans aller jusqu’à la nudité totale, on pourrait même affirmer que rien n’est plus sensuel qu’un corps qui se suggère. Que l’on se rassure : pas de discours sur la longueur des jupes ou des décolletés. À chacun son style et surtout sa liberté. En revanche, l’envie de revenir sur un détail de couture qui tend à disparaître du quotidien alors qu’il est promesse de féminité, délicatesse, et… séduction ! L’envie de revenir sur ces petits boutons recouverts de velours ou de satin, que l’on trouvait en haut d’un col, le long d’une épaule… et qui fermaient un vêtement mais offraient surtout la possibilité de révéler un bout de peau et par là même, le reste… 

Bien sûr, ils ne sont pas pratiques. Le matin, quand la course contre la montre est la seule loi qui vaille, une bonne fermeture Éclair reste la meilleure des alliées. Bien sûr, ils s’apparentent à une mode qui n’est pas signe d’une grande émancipation pour la femme : des vêtements qui, jusqu’au début du XXème siècle, enfermaient les corps, les «corsetaient», les cachaient… Bien sûr, on se sent mieux avec un bon jean et un tee-shirt, sans compter que cela peut être assez sexy. Mais voilà. Grâce à l’évolution des looks, être sexy n’est plus vraiment un souci aujourd’hui. Comme être décontract, rock, working girl, classique… Mais mystérieuse ? Impénétrable ? Et par conséquent, délicieusement captivante ?

Avec, en plus, un côté hautement raffiné. Car ces petits boutons parfaitement alignés dénotent une perfection par leur forme sphérique qui dépasse la simple élégance Avec, également, un côté fragile. Car ces boutons appelleraient presque à un autre vocabulaire. La femme semble frêle. On se pâme, on s’extasie… Tout un roman ! Avec, pour finir, un côté provocateur. Surtout quand un ou deux boutons sont malicieusement détachés laissant apparaître juste ce qu’il faut de désirable. Hypnotisant. 

Sans oublier que pour s’ouvrir, ces boutons demandent de la patience, de la dextérité, du doigté… Une invitation qui redonnerait au prêt-à-porter un soupçon de prêt-à-croquer.

Bianca Alberti