PARENTHÈSE INSENSÉE

D'une parenthèse comme celle-là, on ressort changé, c'est certain, mais bien plus fort aussi. On ne vous parle pas d’une ponctuation mais de la bande dessinée «La Parenthèse», signée Elodie Durand, qui raconte son combat contre une maladie venue frapper à sa porte alors qu'elle avait une vingtaine d'années. Tout sauf larmoyant, son récit sonne plutôt comme un hymne à la vie, de ceux qu'on a envie d'inscrire au marqueur sur les murs. Mais le plus surprenant n’est pas là. Au fil des dessins, on se plonge dans cette B.D. comme on plongerait dans une intrigue policière.

Et c'est là, la force incroyable de l'auteur, le souffle de nouveauté qu'elle apporte aux ouvrages traitant de cancers et d'épilepsie. Sortie en 2010, cette bande dessinée en noir et blanc, qu'elle soit réaliste ou figurée, raconte avec intensité et suspense le ressenti de l'héroïne face à une telle épreuve au quotidien : oublier son alphabet en pleine rédaction de son mémoire de fin d'études; s'oublier soi-même, en continuant pourtant de nier la maladie; devenir dépendante de sa famille à l'âge où l’on rêve de grands espaces et de liberté… Va-t-elle s’en sortir ? On ne se pose plus la question de façon lugubre et médicale mais comme si elle était prise dans une machination digne d’un livre qui aurait été écrit à la fois par John Grisham et Kafka.

Détail poignant, l'auteur nous fait le cadeau d'intégrer une sélection de dessins qu'elle a réalisés durant cette période : dénués de tout trait superflu, terriblement expressifs et valant tous les mots du monde, ils nous décrivent son impression d'être enfermée dans son propre corps, mais aussi ses émotions, ses rêves. Et libère de tous les tabous attachés aux gens malades.

En bref, un ouvrage particulièrement bien mené pour aborder sans mélodrame un fléau omniprésent dans notre société actuelle et qui met toujours mal à l’aise. Une fois la dernière page tournée, ce qu’on garde ici est un discours plein de vie et de rebondissements, sans oublier la beauté du trait. Qu’est-ce que ça fait du bien !

Chloé Danglard

• Acheter «La Parenthèse» sur la Fnac ou Amazon