CES HÉROS NÉGLIGÉS

Novembre est là avec sa boue et ses larmes de pluie. Sale temps que l’on redoute, sale période grise avant les illuminations de décembre. Et voilà que le 7 novembre a été inaugurée une exposition itinérante, «De Boue et de larmes…», qui annonce les commémorations de la Première Guerre mondiale. Quantité de cérémonies et d’hommages vont se dérouler tout au long de l’année 2014. Et si certains discours frisent déjà la saturation, cette résurrection d’un passé bourbeux, mais courageux, pourrait éclairer notre avenir douteux et frileux…

Un siècle après le déclenchement de ce que l’on a appelé la Grande Guerre, à cause de son ampleur terrifiante, reste certes le souvenir d’une certaine grandeur dans la bravoure des combattants mais surtout dans leurs valeurs de fraternité et de solidarité, au milieu d’un désastre gigantesque, apocalyptique. 

De nombreux ouvrages parus sur le sujet ne manquent pas de mettre en valeur le sacrifice et la discipline des soldats envoyés à la boucherie, cependant peu de héros se détachent, peu de noms à citer. Et pour cause : le peuple entier a été héroïque. Le peuple entier a participé à la lutte et mérite d’être honoré. Le rôle des femmes et des enfants fut tout aussi important pour la défense du pays. Les femmes furent, pour une fois, traitées comme des hommes dans l’appel «Aux Femmes françaises» de René Viviani, le 7 août 1914, qui incitait tout le pays à participer à l’effort de guerre. «Je fais appel à vos vaillances, à celles des enfants que leur âge seul et non leur courage dérobe au combat. Je vous demande de maintenir l'activité […] Debout donc, Femmes françaises, jeunes enfants… Remplacez sur le champ du travail, ceux qui sont sur les champs de bataille»… Il n'y a pas de labeur infime, « tout est grand qui sert le pays. »
Cette exaltation patriotique a renforcé l’engagement de tous. «Il y aura demain de la gloire pour tout le monde.» La distribution était large. Aujourd’hui fini l’engagement, pas de rassemblement, seuls la gloire et le pouvoir individuels sont recherchés. De quoi avoir envie de se tourner vers ces anciens pour retrouver un peu de sens, voire de conscience…

Bruno Lancelot