MY TAILLE IS RICH !

Quand on est moche, les moqueries des autres, c’est... moche. Quand on est petit, les blagues des autres, c’est… petit. Délibérées ou non, certaines attitudes vous rappellent combien il vous manque des centimètres !

Passons rapidement sur les grands classiques : le métro bondé avec cette femme qui, en tournant la tête, vous envoie les pointes de ses cheveux dans les yeux ; en magasin, ces habits toujours trop longs qui vous rappellent le mot «Lilliputien»…
Revenons aux nouveaux genres. La scène de la simple bise, par exemple. Quand vous devez dire bonjour à une personne qui vous sourit mais reste aussi droite qu’un stylo. Vous voilà donc à vous dresser ridiculement sur la pointe des pieds. Votre seul salut serait-il de serrer la main ?

Si la solution semble se dessiner ici, un autre phénomène plus ennuyeux est en train de se banaliser. Les mises en rayon des supermarchés qui placent au niveau des yeux les produits qui se consomment moins, afin de tenter le client. Du coup, ceux dont vous avez vraiment besoin se trouvent relégués aux étagères du haut. Un enfer… Le sucre en poudre blanc inaccessible tandis que les autres sucres glacés sont à portée de main. Vous pourriez essayer de grimper, mais après avoir testé le socle fragile du présentoir, vous préférez demander de l’aide en recherchant le client assez grand et en prenant le ton adéquat qui balayerait toute intention de drague. Ouf !
Parce qu’avec votre sucre, vous pourrez préparer ce gâteau pour la crémaillère de votre amie. Incroyable ses meubles si design ! Vous prenez place à table et là… vous descendez de trois étages. Physiquement et moralement. Avez-vous remarqué comme les assises des sièges utra-contemporains sont de plus en plus basses ? Certainement pour compenser les gens de plus en plus grands. Vous pensiez lever le coude pour boire un coup ? Vous voilà à lever les deux pour manger. 

Ceci dit, vous avez appris à voir tout ça avec humour, vous dire que la vie réserve plein de surprises. Surtout, vous savez aussi apprécier votre chance. Ne dit-on pas «les grandes choses dérivent souvent des petites» ?

Marie Veyrier