DES MONSTRES EN PUBLIC !

À l’occasion de mon passage en CM1, mes parents, considérant que j’étais devenue «une grande», décidèrent qu’il était temps que j’aie ma propre chambre. Fini la cohabitation avec mon petit frère : j’eus droit à une pièce rien que pour moi ! J’en étais fière. Il y avait notamment deux anciennes cabines de plage reconverties en armoire dans lesquelles je rangeais mes vêtements. Sauf qu’une fois la nuit tombée, je faisais moins la maligne ! Comme tous les enfants, je croyais qu’elles abritaient des monstres. Des créatures qui ne me voulaient pas spécialement de mal mais dont le passe-temps favori était de me glacer le sang dès lors que mes parents avaient le dos tourné. 

J’étais sûre qu’ils sortaient lorsque j’éteignais la lumière. Et chacun des bruits de la maison était associé à l’un d’entre eux. Par exemple, il y en avait un pour le bruit des pas dans l’escalier, un autre pour la porte de la salle de bains qui grinçait...
Mais j’étais bien décidée à ne pas me laisser faire ! Pour dormir paisiblement, j’avais mis au point un stratagème infaillible. Partant du principe qu’ils s’amusaient à effrayer les enfants parce qu’ils s’ennuyaient, il fallait donc tout simplement… s’occuper d’eux !

Et quoi de mieux que leur proposer un bon petit dîner ? Chaque soir, je me mettais donc aux fourneaux de ma dînette et je leur préparais des plats, certes fictifs, mais aux petits oignons : poulet sauce coco, bœuf bourguignon… sans oublier les desserts ! Tout ce qui pouvait les faire somnoler était bienvenu. Puis, en face des deux portes, je commençais à leur réciter le menu du soir. Ça marchait ! Captivés par mon récit et alléchés par le repas, ils ne pensaient plus à me faire peur et moi, sentant que j’avais leur attention, je découvrais le plaisir d’imaginer des histoires, de les réciter, de les faire vivre… 

Depuis, ce petit jeu est devenu mon métier : je suis comédienne et, récemment, je me suis lancée dans la mise en scène… Et si je n’ai plus peur des monstres, j’ai toujours un peu le trac devant le public ! 

Chloé Danglard d'après le témoignage d'Alice Barbosa

• En savoir plus sur Alice Barbosa