JAMAIS TROP CLASSE !

Enfin, on va oser ! Profiter des Fêtes de fin d’année pour s’habiller de façon plus qu’élégante sans avoir peur d’en faire trop. On va oser sortir cette magnifique tenue qui va nous métamorphoser, car, homme ou femme, il y a dans ce plaisir quelque chose de profondément gratifiant. 

Pourtant, cela se fait de moins en moins. Surtout en France, qui symbolise néanmoins encore un sens particulier du chic. Aujourd’hui, même une soirée anniversaire ne semble plus mériter «tant de chichis »… Les sorties au théâtre qui exigeaient «des tenues correctes» semblent désormais obsolètes. Et ceux qui aiment faire preuve, pour l’occasion, d’un certain raffinement sont presque montrés du doigt tandis que les jeans troués trouvent leur place. On en est là. À regarder de travers ceux qui sortent leurs belles tenues pour des occasions qui sont autant de raisons de le faire, mais dont l’usage a disparu.

La faute au quotidien dira-t-on. Le speed des journées qui s’enchaînent avec leurs lots de boulot et de courses, le manque d’envie par manque de raison, le choix du confort comme si cela évitait un fardeau supplémentaire… La faute à la crise ajoutera-t-on, même si cela fait bien plus longtemps qu’on a rompu avec certains protocoles. Donner de l’importance à l’élégance quand il y a des choses plus graves, forcément, c’est indécent.

Sauf que, malgré ces bonnes raisons, on oublie le principal. S’apprêter, c’est avant tout se faire un cadeau. Porter un autre regard sur sa personne. S’octroyer le droit de se mettre en valeur et, par effet de ricochet, être plus en accord avec soi-même et plus à l’aise avec son entourage. C’est ensuite faire un cadeau aux autres. Un peu comme un parfum. On le porte d’abord pour soi mais tout le monde en profite. 

Nos voisins anglais, américains, italiens n’ont aucun complexe à encore sortir le grand jeu, ne serait-ce que pour un simple dîner d’invitation. À regarder les sourires des convives, les compliments de tout un chacun, les allures fières et heureuses, il y a chez eux quelque chose qui pousse à relever la tête et fait envie. Il se pourrait même, qu’en secret, on n’attende que ça. Qu’à cela ne tienne !

Marie Veyrier