LOOSER STORIES

Le looser n’a rien perdu de son aura, dans l’imaginaire des auteurs. Cinéastes comme romanciers.

Dans «Inside Llewyn Davis», le nouveau film des frères Coen, ce Llewyn Davis (incarné par Oscar Isaac) est un chanteur-guitariste doué qui veut moderniser le folk américain. Sauf qu’il ne fait rien pour se faire connaître, qu’il ne sait pas ou ne veut pas se «vendre», traînant dans le Greenwich Village du tout début des années soixante. Juste avant l’arrivée de Bob Dylan qui, inspiré par la même démarche musicale, va tout emporter sur son passage.
Dans «Jason Murphy», le nouveau livre de l’écrivain Paul Fournel, ce Jason Murphy est l’objet – le sujet – de toutes les recherches. Parce qu’il est censé avoir soufflé à Jack Kerouac, l’homme-clé de la beat generation, l’idée du fameux rouleau que l’on enfile dans la machine à écrire au lieu d’avoir à changer de feuille tout le temps. Rouleau aussi célèbre, aujourd’hui, que Kerouac lui-même. Mais pas Murphy, qui aurait, dit-on, toujours préféré l’ombre à la lumière.

Llewyn Davis s’appelle, en réalité, Dave van Ronk. Jamais entendu parler. Et Murphy… Murphy. Pareil. On peut, on le sait, avoir du talent sans rencontrer le succès. Et inversement : du succès malgré l’absence d’un talent évident. Autrement dit, les deux ne font pas toujours la route ensemble… Ce à quoi il faut ajouter que la célébrité, depuis un certain temps, est devenue une fin en soi.
On fait le buzz, et hop !
Comme si savoir comment avoir du succès était un nouveau… talent.

Maurice Achard