NOM DE NOM!

Il y a deux façons d'être un Armstrong sur terre. La façon héroïque mais discrète et la façon spectaculaire mais frimeuse. 
Neil Armstrong est décédé le 25 août dernier, il restera à jamais le premier  homme à avoir marché sur la lune. 
Lance Armstrong a été déchu le 22 octobre de ses 7 victoires dans le Tour de France pour tricherie organisée, et radié à vie du monde du cyclisme qu’il a tant sali. Neil avait laissé la lune propre derrière lui.
Deux façons d'être, aux deux extrêmes de la nature humaine.

Neil Armstrong détestait la célébrité, fuyait les photographes, donnait peu d'interviews et encore moins d'autographes depuis qu'il avait appris que son coiffeur revendait ceux qu'il lui avait accordés ! Lance Armstrong, en revanche, aimait se montrer volant au-dessus des autres, se voulant tout à la fois champion, idole et businessman…
Neil Armstrong était devenu une icône malgré lui, un peu comme dans «Super Star», film sorti juste après sa disparition, où le personnage principal fuit  une popularité qui lui tombe dessus (sans raison, qui plus est...). Thème à contre-courant, en ces temps people, réseaux sociaux, où la notoriété est devenue une fin en soi. 
Sa fin, Lance Armstrong pensait y échapper pour l’éternité. Elle l’a enfin rattrapé et il n’est plus qu’un mort-vivant.

Parti serein, Neil, notre modeste pionnier lunaire, n’aura sans doute pu échapper, lui, là-haut, de l'autre côté de l'espace, aux honneurs d'un troisième Armstrong, Louis, qui lui a peut-être chanté «A Wonderful Moon»… Histoire d’oublier le monde selon Lance.

Maurice Achard