À BOIRE !

Vous avez beaucoup bu durant les fêtes de fin d’année ? Trop bu peut-être ? Pour vous enivrer de joyeuseté, pour noyer vos chagrins ou vos angoisses ? Pour faire le plein de carburant désinhibant avant d’affronter le nouvel an ? Alors il faut boire encore ! 

Pour se délester des toxines, en passant des liquides colorés ou chaudement alcoolisés aux liquides transparents à seulement 0°… d’alcool. Buvons des eaux minérales. À chacun la sienne, selon la composition physico-chimique.

Pour ceux qui se plaignent de lourdeurs d’estomac, l’eau bicarbonatée (teneur supérieure à 600 mg/l) facilitera la digestion en aérant le circuit intestinal. Surtout les eaux pétillantes, de Badoît à Vernière, en passant par Vichy St Yorre, Salvetat, Quézac, Rozana.

Pour ceux qui se plaignent de crampes ou de fatigue générale, voire de petite dépression, les eaux magnésiennes (teneur supérieure à 50 mg/l) facilitent la relaxation musculaire et sont bénéfiques au système nerveux. Pas de risque de surdose, donc on peut boire sans modération (Vittel, seulement 43 mg/l) Courmayeur, Hépar et les pétillantes San Pellegrino, Vernière, Badoît, et surtout Quézac et Rozana.

Et toujours bienvenues les eaux calciques (teneur supérieure à 150 mg/l), indispensables pour la solidité de nos os comme pour tonifier nos muscles, les plus riches étant Contrex, Courmayeur, Hépar…
Mais attention à la teneur de certains composants de ces eaux minérales – qui peuvent être considérées comme non potables pour un usage quotidien à long terme. Par exemple si vous suivez un régime pauvre en sodium (teneur inférieure à 20 mg/l), savoir que les eaux pétillantes en sont fortement dosées – sauf la Salvetat… Attention aussi aux sulfates, souvent trop importants (Contrex, Courmayer, Hépar), au fluor à limiter dans la durée (Vals, Quézac), etc.

À vous de calculer. Véritable casse-tête, cette nécessité de lire attentivement les étiquettes des bouteilles pour connaître la teneur des composants et déceler les éventuelles contre-indications, en dépit des apports bénéfiques. De quoi attraper la migraine ! À soigner peut-être avec l’eau du robinet, très contrôlée dans ses traitements chimiques et donc parfaitement potable, même si elle n’a guère de propriétés médicales…
Buvons, buvons à la santé !

Elido