DRÔLE DE PERFIDIE ?

L’humour est à l’honneur en ce moment. Ou plutôt au déshonneur. Et, du coup, de se demander partout : c’est quoi avoir de l’humour aujourd’hui ? C’est vrai ça ! Les humoristes jouent dans différentes catégories : le potache version Bigard ou Dubosc, l’autodérision version Foresti, l’imitation version Canteloup ou Gerra, l’épinglage version Robin et la provocation version Bedos (le fils), Guillon ou Proust. 

La provocation ? L’assassinat plutôt. Ces fameux «snippers», comme la presse aime à les définir, dégainent sans relâche. Sauf que pour certains d’entre eux, le concours semble être ouvert pour savoir qui sera «le plus méchant». Sous prétexte d’un humour «contre-pouvoir» pour «déranger», il devient une arme. Mais pas de celles qui permettent de défendre des idées ou d’en dénoncer d’autres avec finesse. Non, de celles qui blessent profondément de leur poison d’agressivité. Bien sûr, il y aura toujours quelques phrases qui font sourire. Et donc ? Cela suffit-il pour cautionner ce venin ? Et l’air de rien, nous rendre nous-mêmes malveillants ? D’ailleurs, même si certains journalistes ou autres personnalités – tous bords sociaux-politiques confondus – se permettent, de temps à autre, de dénoncer cette violence, il est de toute façon de bon ton de trouver cela divertissant. 

Mais qui oserait les contredire ? Qui oserait du coup, par dommage collatéral, devenir leur cible ? Car c’est aussi l’un des grands points : quand ils ne se déchaînent pas sur une personne, ces humoristes profitent  de leurs sketches pour régler leurs comptes personnels : Guillon avec Bern après le renvoi de sa compagne de l'émission «Le fou du roi» sur France Inter, Bedos avec les flics après sa garde à vue pour conduite en état d’ébriété… Pour ne citer que ces exemples. Cela dit, ça devient drôle quand ils se tâclent entre eux. Un concours, on vous dit !

On est loin d’un humour à la Le Luron ou Coluche qui permet de passer des messages sans être insultant. On est loin d’un humour intelligent et pertinent. Allez les gars, tout ça, ce n’était qu’une bonne blague?

Bianca Alberti