SLOW DEVANT

D’accord, il n’y avait pas que des moments mémorables… Quand on devait, par exemple, accepter l’invitation d’une personne que l’on aurait voulu fuir. Ou quand on était celui ou celle qui restait sur sa chaise à faire tapisserie… Parfois, il fallait supporter, le temps d’une chanson, les libertés baladeuses de son partenaire… Mais pour le reste. Les slows, c’était quand même quelque chose ! 

De ces moments où les vibrations ne venaient pas que de la sono. Elles venaient aussi du cœur qui tremblait à l’idée d’aborder enfin ce beau ou cette belle inconnu(e) dont on ne faisait que croiser le regard depuis des semaines. On allait enfin lui croiser les mains ? 

De ces vibrations qui venaient sinon du corps lorsqu’on enlace l’autre auquel on ne faisait, jusqu’à présent, que du pied mais de loin… On sait qu’on est proche de ce premier baiser, proche de se dévoiler, de mettre fin à ces mystérieuses séductions pour commencer une nouvelle histoire… Entre l’excitation de cette attente trop longue et la peur de perdre un fantasme… 

De ces vibrations qui venaient des deux à la fois, le corps et le cœur. Quand un couple marié avait à nouveau l’occasion de partager un moment de tendresse, de flirter comme aux débuts, se re-déclarer un peu, au milieu de la piste, entouré de tous les amis mais pouvant se sentir, d’un seul coup, seul au monde.

Oui, c’était tout cela le slow. Le rêve des timides, des romantiques, des séducteurs, des dragueurs, des amoureux… Des scènes de cinéma emblématiques, comme la Boum ou Always, mais «pour de vrai dans la vraie vie»…  C’étaient les notes d’«Only you» des Platters à «I’ve been loving you» d’Otis Redding ou «Purple Rain» de Prince, qui nous emportaient dans ces émotions et venaient nous habiter des orteils à la pointe des cheveux, même les plus courts…

Sans oublier tous ces slows qu’on aurait aimé tester, dont on aimerait vivre les envolées, les douceurs, les voix… Qu’ils deviennent notre bande-son. De «Beautiful» de Christina Aguilera à «Someone like you» d’Adèle…. C’est bon, on revise nos playlists ?

Virginie Achard

• Pour rire avec les slows : La drague avec Guy Bedos et Sophie Daumier
• Pour se rappeler les effets des slows : N'oublie jamais ou  Lake house sans oublier La Boum!