TROIS CŒURS BATTANTS

La couleur bleu clair, ondulante comme la mer, laisse deviner – dans le générique – un bateau de pêche qui démarre. Puis les décors vont s’affronter, à l’image des deux hommes amoureux de la même femme. Dans un village, arrive la voiture orange de David, parti depuis cinq ans sans donner signe de vie. Ailleurs, sur un chantier, s’agite César en costume rayé, prêt pour assister à un mariage – où David a également été convié… Rosalie aime ces deux hommes, chacun différemment. 

La confrontation démarre. Rivalité automobile, la petite voiture de David ose dépasser la superbe Plymouth de César. Rivalité de comportement, face à César agité et tourmenté, David oppose un flegme amusé. Rivalité amoureuse, César est possessif, David semble passif. Rosalie désemparée fait des allers-retours, sans tricher, entre l’un et l’autre. Le trio décline toute la gamme des sentiments amoureux où transpire l’émotion. L’ambiguïté s’installe, proche de la complicité. César, grande gueule et gros cœur, est intrigué par David : «il est sympa, mais je lui mettrais bien un marron !». David, tantôt conquis, tantôt méfiant, semble gagné par l’entrain de César, mais se trouve dérouté par sa détresse et ses colères. La tension monte, le drame rode en permanence. 

Ce film apparemment léger est très tendu, mélange de gaieté et de gravité, de rire et de violence. La nature fait aussi sa mise en scène, la pluie ou le vent viennent interrompre des moments festifs. Claude Sautet aime le temps des vacances et les maisons de famille qui reçoivent les amis. 
Les acteurs, particulièrement bien choisis, permettent les identifications. Comme s’ils ne jouaient pas, ils vivent leur personnage. Montand fait du Montand, comédien cabotin, séducteur baratineur. Sami Frey reste le beau ténébreux, jeune premier romantique. Quant à Romy Schneider, égale à elle-même, mélancoliquement radieuse, plus altière que jamais, convoitée par ses deux amants, elle ne veut être possédée par aucun. Pas de trio infernal ni de ménage à trois, on nous laisse choisir la fin.

Bruno Lancelot

• Comprendre l'ambiance en découvrant la bande-annonce
• Anne-Marie Philipe, cette année encore, viendra avec des élèves de son cours de théâtre, l'Atelier des Déchargeurs, jouer sur la scène du Casino Barrière à Deauville. Elle présentera un montage de scènes cultes du film "César et Rosalie", dimanche 9 février à 15h30.