DES VIES DE NOUILLES

Quelle embrouille ces nouilles ! Aussi emmêlées que les contradictions de la société chinoise depuis son ouverture à l’économie de marché dans les années 1980. Cette tambouille est ici très piquante, parfois amère, mais jamais indigeste.  
Dans ce livre mordant, un écrivain professionnel à moitié chauve, avec «de fines mèches de sagesse sortant d’un cuir chevelu brillant», est chargé par le Parti d’écrire un court roman de propagande. Il cherche quelle personne de leur entourage pourrait incarner ce héros et imagine le destin (funeste) de certains. Il en discute, au cours de leur dîner hebdomadaire, avec son ami le Donneur de sang professionnel, pâle et maigre (à force de donner ses globules rouges, pour avoir des bons d’achat) mais «milliardaire». 

Le ton est donné, cynique et moqueur, cruellement drôle. Estomacs sensibles s’abstenir, esprits jeunes à ravir, il y a du gros dégueulasse et du grand guignol par-ci, par-là, dans ces tranches de vie, racontées comme des nouvelles. Sans dévoiler tous les personnages, présentons au moins l’actrice déçue par les hommes, qui se suicide en public, déchiquetée par un tigre ! Quant à l’Évanouisseur, jeune homme qui a créé et dirige le Crématorium, il finira par disparaître, après avoir exploré toutes les ruses commerciales – situations cocasses sur un sujet morbide, mais avec des considérations philosophiques sur l’illusion, le jugement, le pouvoir. 

Un exemple d’évolution tragi-comique des mœurs : «Dans les villages, les hommes voient des seins nus tout le temps ; pour eux une poitrine nue est aussi peu remarquable que des bras nus. Mais dès que ces protubérances pénètrent en ville, elles deviennent des objets d’une immense valeur. Les femmes modernes en font tout un mystère en les cachant […]. Les photographes font attention […] car ils savent que montrer la naissance des seins peut mener à une accusation de ”libéralisme bourgeois ” et leur valoir quatre ans de prison.» !

Le romancier Ma Jian ne mâche pas ses mots pour dénoncer les bouleversements de son pays (passé de la soumission douloureuse mais rassurante, du temps de Mao, à l’angoisse face à un capitalisme gangrené par la corruption). Cet ancien journaliste des syndicats s’est exilé depuis 1987 et ses livres sont interdits en Chine… 

Bruno Lancelot

• Pour acheter «Nouilles chinoises» de Ma Jian sur Amazon ou la Fnac