E=MC DIEU

«La pensée de Dieu», le nouveau best-seller des frères Bogdanov, qui vont être primés à Belgrade le 16 novembre, doit son titre à la réponse faite par Einstein à l'une de ses étudiantes, à l'issue d'un cours :
 - Que cherchez-vous, maître ? 
- La pensée de Dieu, répondit le maître.
Entendez : une sorte d'équation arithmétique divine expliquant la création du monde.

En fait, il n’y a pas que ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas ; il y a aussi ceux qui pensent que l’existence de Dieu pourra être prouvée scientifiquement. Telle est la thèse, en tout cas, d'un autre ouvrage récent, du portugais José Rodrigues dos Santos, intitulé «La formule de Dieu».  La simultanéité de ces deux parutions aux réflexions voisines s'arrêterait là si elle n'avait été bénie au même moment par l’annonce de cette découverte explosive d'une nouvelle particule, aussi infiniment petite qu’infiniment espérée par les chercheurs. Sorte de chaînon manquant à la théorie des particules élémentaires censée mener au fameux «Big bang». Or, comment les physiciens l'ont-ils baptisée, cette particule ? «La particule de Dieu». Diable !

Tout se passe comme si ces scientifiques, même enfermés dans leurs expériences si rationnelles, ne pouvaient se débarrasser de l'idée de Dieu. Pensée, formule, particule… Tout se passe comme s'ils voulaient, en le flattant, convaincre Dieu de lâcher le morceau…

Maurice Achard